Israël projet d’humanité 2

« ISRAËL, projet d’Humanité ».   Suite 2
Pour voir la vidéo sur FB cliquez ici

Nous avons vu dans notre premier texte la question de l’élection d’Israël, qui est en quelque sorte choisi afin d’être partenaire à la réalisation du projet divin, c’est-à-dire celui de ramener l’ensemble de l’humanité à la connaissance de D.ieu. Nous verrons ensuite en détail ce que signifie cette connaissance, en quoi elle a une portée universelle détenue à ce jour par Israël.
A la lecture de l’enseignement de Manitou*, nous avons vu que l’idée du monothéisme intégral rejette le principe qui ferait de l’élection d’Israël une relation exclusive avec D.ieu.
Dire que qu’il n’y a qu’un seul D.ieu, et que c’est le mien, serait une monolâtrie et en aucun cas un véritable monothéisme.
A cette image, pourquoi ne pas voir que l’Unité, celle des traditions avec chaque génie dans sa singularité, les relie toutes à un même tronc, plutôt que d’avoir une seule religion pour toute l’humanité ?
Lire la suite

Israël projet d’humanité suite

Texte de la conférence en direct sur FB du lundi 13 février prochain rendez-vous le samedi 18 à 20h heure de Paris via FB ou via le webinaire organisé par l’association reconstruire les 70 nations.

« Israël projet d’humanité », un thème clef de mes recherches que je garde en moi depuis de nombreuses années.

Vous retrouverez le fil de la démarche, à commencer par Mayanoth en 1981
et celui du colloque sur le sujet à Jérusalem en 2011. Vous trouverez les vidéos sur le blog Bnei Noah Ici http://bnei-noah.blogspot.co.il/p/conferences-elie-guez.html

Introduction

Avant de commencer à développer ce thème, il faut poser le cadre de cette étude.

Ce sera en effet plus une étude qu’une conférence magistrale, car lorsque je pose l’idée d’Israël comme projet d’humanité, je me propose de le faire dans un cadre biblique, selon ma lecture de la tradition hébraïque et ésotérique. Je m’inspire pour cela de mes deux principaux maîtres, Le Rav Léon Ashkénazi, dit Manitou, avec qui j’ai eu la chance et l’honneur d’étudier avant son départ de ce monde et le RAMHAL, kabbaliste de 18ème siècle.
Vous trouverez la plupart de ces enseignements dans mon site Kabbale existentielle

Voici le texte de la conférence en direct que nous avons partagée ce lundi 13 février.
La conférence est visible par Ce lien cliquez ici

La prochaine conférence aura lieu samedi 18 à 20h, heure de Paris.
Vous pourrez nous rejoindre par le même lien sur FB ou par le lien qui vous sera donné sur FB une demi-heure avant la conférence.

Je reprends le texte à son introduction pour plus de cohérence :

Lire la suite

Israël projet d’humanité

Introduction

Avant de commencer à développer ce thème, il faut poser le cadre de cette étude.

Ce sera en effet plus une étude d’une conférence magistrale.

En effet lorsque je pose l’idée d’Israël comme projet d’humanité, je me propose de le faire dans un cadre biblique, selon ma lecture de la tradition hébraïque et ésotérique. Je m’inspire pour cela de mes deux principaux maître Le Rav Léon Askénazi, dit Manitou avec qui j’ai eu la chance et l’honneur d’étudier avant son départ de ce monde, et la RAMHAL kabbaliste de 18em siècle dont vous trouverez les enseignement dans ce site.

La Torah, bien que racontant en première lecture l’histoire d’un peuple particulier, à travers une histoire singulière, raconte en fait l’histoire de l’humanité, et à travers une lecture historiosophique, nous y découvrons un message universel pour tous les peuples.

S’il y a dans le cheminement de l’histoire biblique une notion d’élection qu’il faudrait évidemment définir, cette notion ne peut en aucun cas exclure l’humanité.  En plus cette notion « d’élection«  s’exprime dans la dimension de peuple et en aucun cas dans la dimension d’individu.

Si nous dans la bible lisons » Israël est mon fils premier né », ce titre de premier né que l’éternel donne à Israël, loin d’exclure les autres peuples, les suppose en tant que fils également.

L’élection d’Israël ne signifie pas la disqualification des nations en termes de projet. Israël est choisie pour porter le projet divin à son terme et le projet c’est l’Homme.

Ce titre est donné dans un cadre de responsabilité pour amener l’ensemble de l’humanité à sa réalisation. (Par toi seront bénis toute les familles du monde est-il dit à Abraham). Nous retrouvons paradoxalement cette idée dans le christianisme que « le salut vient des juifs » !!

Nous allons découvrir dans cette étude la notion de Toladoth développée dans la pensée de Manitou. il faut partir l’idée maîtresse de ce terme, traduit par Manitou par « engendrement » et non génération comme nous le trouvons en traduction classique.

Or, c’est précisément l’idée d’engendrement qui constitue l’enjeu de l’élection d’Israël et permet d’articuler les relations entre Israël et l’universel

Mais en quoi la notion de Toladot permet-elle d’opérer cette articulation ?

Je suis invité ce soir par l’association reconstruire les 70 nations ce soir lundi 13 février à 20h heure de Paris webinaire directe le lien est sur le site  70 NATIONS

Attention ce webinaire ne peut accepter que 25 personnes. Dans ce cas je me propose si la technique divine le permet de de le mettre en direct  sur ma page Facebook  Léo Guez  https://www.facebook.com/leo.guez.1.

Il y aura plusieurs ateliers sur le sujets libre d’accès, je vous promet d’être étonné par ce que vous allez découvrir.

pour ceux qui ouvriraient trop tard ce message il y aura une rediffusion il suffit de demander le lien.

TouBichevat

Ce samedi nous fêtons Toubechevath où le jour de l’an des arbres.
Nous avons plusieurs vidéos du le sujet dans notre rubrique Fêtes.

https://kabbale26.wordpress.com/les-fetes/tou-be-chvath/

A revoir et pour ceux qui ont suivi le cycle d’étude sur le RAMHAL les autres vidéos sont aussi une bonne synthèse sur la question existentielle du bien et du mal.

Pour vous préparer au sens de cette fêtes voici une petite compilation avec quelques sens kabbalistique.

L’origine de cette fête reste incertaine, peut de trace dans la Torah d’une façon clair.
il semble que cette fête a une origine agricole.
A cette période que l’amandier commence à fleurir.
La beauté de cette fête tient dans la vision de l’homme dans la nature. L’arbre étant une métaphore de l’être humain « comme l’arbre vient de la terre, se dresse vers le ciel et donne des fruits, ainsi en est-il de l’homme dont l’origine est la terre qui aspire à s’élever… » (Maharal de Prague sur Pirkey avoth).
Durant cette fête juive les enfants des écoles vont planter des milliers de jeunes arbres, pour faire reculer le désert, et marquer le lien entre l’homme et la nature.

Au 16e siècle, les kabbalistes de Safed, libérés de l’Inquisition, voulurent célébrer leur retour en Israël où ils pouvaient reprendre racine, sentir la sève spirituelle couler à nouveau dans leurs veines. Ils décidèrent de célébrer le nouvel an des arbres en relation avec la symbolique de la libération tout comme la fête de Pessah… (La pâques juive)

Les élèves du Ari – Rabbi Yits’haq Louria Ashkenazi zal. – établirent un cérémonial de Tou Bichevat qui s’inspirait de celui Pessa’h. Ils rédigèrent un texte « le Pri Ets Hadar » qui nous offre une structure inspirée de la kabbale pour célébrer cette fête. Tou Bichevat représente aussi le compte à rebours de 60 jours qui nous séparent de Pessa’h. Et c’est à la période de Tou Bichevath que nous lisons le passage biblique correspondant à la fête de Pessah.

Tout comme Pessah le rite kabbalistique propose en plus de la consommation des fruits de boire 4 coupe de vin.
Lors du repas on mange une quinzaine de fruit à commencer par les 7 fruits d’Israël dans un ordre précis donné par la Torah : le blé, l’orge, l’olive, la datte, le raisin, La figue, la grenade. Il est bon aussi de réciter des passages de la Torah qui parlent du rôle sacré des arbres et de leurs fruits… ainsi que des psaumes spécifiques.

Chacun des 7 fruits porte en lui une bénédiction (ségoulat spécifique
Le blé apporte sagesse et abondance matériel, l’orge la paix dans les foyers, l’olive Des enfants sages, la date une bonne santé, le raisin de trouver l’âme sœur, la figue nus permet d’acquérir la patience, la grenade nous préserve de la médisance.

Le premier verre qui correspond au monde de Atsilout où tout est caché, contient du vin blanc qui symbolise le sommeil hivernal de la nature.

Le deuxième verre pour le monde de la création (Brya) du vin blanc avec quelques gouttes de vin rouge.

A la troisième pour le monde de la formation ( Yetsira) coupe autant de vin rouge que de vin blanc.

Enfin, la dernière et 4em coupe pour le monde de l’action (Assya)  que du vin rouge, c’est le réveil de la nature.
Bonne fête

Sources : Site du Consistoire de Paris – ACIP
Site Torah Box
Site internet Modia du Rav Yehoshua Ra’hamim Dufour et