Je bloque à Sion

Je bloque à Sion

Petite parent-thèse et suite à mon texte
Je « procrastine » ! Est-ce une bonne chose ?

Petite parenthèse qui semble apparemment hors sujet ! La où je parle d’un article sur mon blocage quant à, la suite à donner à l’enseignement partager dans mes blogues. Et plus particulièrement, la suite à donner au premier « compagnonnage de soi.
J’écrivais à ce sujet :
Mais voilà que je bloque !
Parfois on arrive à une situation où tout est figé. Alors il est préférable de laisser la chose décanter.

Maintenant il y a d’autres facteurs en sous terrain, autres que ces belles histoires de créativité, naissance, déconstruction et reconstruction, perfectibilité…  Qu’il faut analyser avant de « dé-couvrir » ce qui se cache sous les couvertures de la « procrastination ».

Quel rapport entre mon blocage « professionnel » avec Sion ?
Vous savez Sion, c’est-à-dire Jérusalem, là d’où je vous écris !
Il y a ici un air « rouhah », souffle, de changement. Je ne sais pas quoi mais ça bouge fort. Je ne vais pas vous entraîner dans la politique, mais voir que l’UNESCO puisse valider le fait qu’il n’y pas de lien historique entre Sion la miraculée et ce peuple miraculé ressuscité de ses cendres, c’est tellement énorme qui je me demande à quoi joue le bon D.ieu !

Quant à moi, je pris entre la singularité de cette histoire qui me singularise et la vocation de son universalité.

Je ne vous apprends rien si je vous parle du lien entre la Torah et Israël. Mais le fait est que la Torah a été donné dans un désert, un petit désert une petite montagne, le Sinaï une petite échelle apparemment accessible à tous, « La Torah n’est pas au ciel » mais qui répond tout autant à tous les niveaux de questionnement, du plus simple au plus profond. Du plus évident au plus mystérieux. Pour le plus jeune parmi les femmes et les hommes au plus âgé…
Mais nous savons aussi par tradition que la Torah sortira de Sion.  « Qui mi Tsion Tétsé Torah »
Mais n’est-elle pas déjà sortie du Sinaï ? Est-ce une nouvelle sortie, une nouvelle alliance comme l’on pensé les premiers juifs chrétiens ?  Alors qu’il est également dit que l’alliance est éternelle tout comme la Torah du Sinaï.
Est-ce à dire que de la dimension universelle du Sinaï nous passons à une dimension singulière à Jérusalem ?
Il est pourtant écrit que la Torah de Sion est « lumière pour les nation » ?
Pourquoi je vous dis tout ça alors que le sujet était je bloque en ce qui concerne la suite à donner à mon travail sur le projet-sens. C’est qu’en fait, je me retrouve dans cette même équation comment concilier un programme de coaching existentiel qui s’adresse à tous à chacun, avec des enseignements qui viendrait d’une tradition singulière, la tradition hébraïque. Comment puis-je prétendre à une neutralité avec mes habits et mon langage spécifique. Voici ce que je reçois de François, un ami coach. « tu peines à ne pas faire référence à toutes tes références hébraïques. »

Ce qu’il faut entendre dans tous ces possibles, du moins ce que j’entends et attends, c’est que la mi-Sion de la Torah est en premier lieu une Mission à dimension universelle. Elle passe par une singularité, par un peuple « à part », (sacré et consacré) pour mener à bien le projet de création de l’Homme. Mais l’érosion de l’histoire a fini par mettre à part ce peuple, jusqu’à vouloir l’effacé de l’histoire.  Jusqu’au jour de sa résurrection à Sion.  En 70 ans ce pays devient le pays start-up dans le sens d’une monté rapide dans tous les domaines des sciences et techniques. Comment alors garder cette mise à part d’une orthodoxie communautariste de la Torah, alors qu’à son origine elle avait pour « Mi-Sion » la réalisation du projet d’Homme à l’échelle universelle ?

Ma réponse qui parfois dérange, me vient en résonance avec le principe annoncé par la Torah elle-même qui se voit comme « Or la Goïm », lumière pour les Nations. Tout comme le sera Sion. Pour conclure la Torah qui sortira de Sion, c’est son renouvellement un retour à sa Mission première d’être une lumière à l’échelle universelle.

Je ne sais pas comment, ni quand, mais ce que je présent c’est que nous sommes à ce tournant de l’histoire de la « reliance » universelle au nom de l’Un. Comme il est écrit « Viendra un jour où D.ieu sera Un et son Nom sera Un.  Cela demande méditation, c’est une des principales raisons de mon retour à Sion. Ma médite-à-Sion que je vous partage, d’ici dans le silence du désert de Judée.

Permettez-moi de partager l’instantané ! là ce qui se passe maintenant dans l’instant où j’écris ce qui se dit en moi, ici maintenant.
Pendant que je bloque je réponds aussi au mail de ceux qui viennent me dire en résonance à leur questionnement sur ce qu’ils découvrent dans mes pages.  Je reçois ce Message de Barbara :
« Je cherchais une religion universelle, celle qui se trouve au plus profond de nous pour pouvoir la partager… Je crois que c’est ce que tu offres. »
Voici ma réponse…
« Je ne pense pas que j’offre une religion universelle, bien que mon approche soit une ouverture pour se RELIER à l’Universel. (J’ai beaucoup écrit là-dessus. )
Bien que juif dit « religieux » je ne peux que constater que les religions divisent…/…. Tout l’enjeu d’une discipline singulière est de ne pas perdre le regard vers l’universel. C’est en effet ce que je cherche à vivre (et partager à travers la tradition hébraïque relié à la tradition universelle). Et ce n’est pas toujours évident.  D’où ce sentiment de nostalgie que Barbara à entendu dans mon écrit. D’où la médite-à-Sion de ce texte à prétexte. (Je ne cesserai de le répéter, mon histoire n’est que pré-texte à l’histoire de celui qui lit et se relie)  

Dans la bible lorsque qu’il est demandé de construire un temple le texte dit  » Construisez moi un temple afin que je réside en vous ». Il n’est pas dit afin que je réside dans le temple mais en vous !!!. Il est dit en vous : « la maison de D.ieu » est dans le cœur de chacun ».  

Nous avons ensuite échangé sur le sacré, de « l’oreille qui voit et de l’œil qui entend » dont je parle dans mes textes ».
« Quant au sacré, dans la tradition hébraïque Kadoch signifie, consacré mais aussi séparé… Un lieu consacré, un temps consacré, séparer des préoccupations du quotidien, s’isoler parfois, pour parler avec le divin du point de son intériorité, être séparé pour être relier… 
En ce qui concerne l’œil qui entend, nous avions l’expérience du Sinaï où l’oreille à vue la voix  » Ils virent la Voix ».
Quant à l’œil qui entend, quand je t’écris, quand tu écris c’est une parole que nous mettons dans l’écrit.
Quand nous lisons l’écrit nous entendons la parole de celui qui écrit. D’où l’importance de du style de la parole écrite.
Les traditions, les enseignements de sagesse, étaient « parole », avant d’être « écrit ».
Mais il est vrai aussi qu’il y a quelque chose qui passe par la Voix. (La voix qui indique la voie » comme j’aime l’écrire).
Et cette Voix est en chacun de nous
 ».

« Pour ce qui est de la définition du mot sacré, Kadoch en hébreu, (consacrer et séparer). Consacrer un temps, un espace, c’est se mettre à part, se séparer des préoccupations de la contingence, se séparer de son propre petit moi pour donner place à plus que soi.
Je me sépare de l’éphémère pour me relier à l’essentiel. 

Juste le temps de la reliance pour ensuite relier le tout où tout est Un. »

C’est ce qui se nomme un « Hidouch » un quelque chose de nouveau de différent du connu inscrit dans l »‘UN-connu ». C’est ce que j’attends de ce temps de « mise à part » à part, de blocage que je partage ici mais comme le dit François, « L’étalage sans réserve me semble une bonne chose pour soi-même, ou alors avec des gens triés sur le volet, des amis bienveillants et exigeants à la fois. Mais si tu t’adresses ainsi à tes élèves par souci de partage, à mon avis beaucoup vont décrocher. Peut-être faut-il que tu ailles voir du côté de la nécessaire solitude, inhérente à la condition d’enseignant et de guide. »  Un vrai coach ce François ! Oui en ce qui concerne la suite c’est bien « la nécessaire solitude » qui ne peut se partager qu’avec des amis bienveillants et exigeant à la fois. C’est ce que je me propose de vivre pendant ici à Sion, seul ou accompagné. Seul celui qui sait, sait ! Moi je ne sais pas.
Pour terminer cette parent-thèse, je lis et j’entends « Elie j’aime suivre tes pensées et y réfléchir…je ressens une nostalgie à cette profondeur »

Oui en effet là où je suis, j’écris sur cette nostalgie des profondeurs !

Et puis je bloque quant à la suite à donner alors je continue à en parler dans mes articles « tu vois? » et dans mes vidéos « tu entends? »

Voir le lien ICI pour avoir une suite à ce qui se cache dans le caché du texte. 

 

 

Publicités

4 réflexions au sujet de « Je bloque à Sion »

  1. Ping : Vendre sans vendre - Coaching Existentiel

  2. François le coach à sans doute raison mais ce n’est pas mon avis. Je suis d’accord avec toi Eli quand tu dis que la pensée de l’instant doit être écrite comme tu la ressens. Ce qui vient après est une réflexion qui peut « entaché » ce que tu viens d’écrire. Je te trouve clair dans ce que tu écris. Clair parce qu’il faut, toujours à mon avis, lire avec le coeur. Merci Eli.
    Marie

    • Merci Marie pour ce retour. En effet chacun avance avec ce qu’il est. Moi j’écrit avec ce que je suis. Je ne sais pas Maris si tu as pu suivre toute la saga du blocage en plus de cette article. Mais en tant que nouvelle inscrite tu n’as probablement pas vu l’option que j’offre pour un partage en été suite aux module d’invitation du blog coaching existentiel. Sache que le groupe est ouvert et que tu peux t’y inscrire via le module vacance.

  3. Ping : Je bloque ! Je « procrastine » ! Est-ce une bonne chose ? - Coaching Existentiel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s