A la lecture du livre du Zohar, j’ai pleuré.

Aujourd’hui Samedi 28 octobre 2017, à la lecture du livre du Zohar, j’ai pleuré.

Oui ça parait dingue, Et pourtant, je lisais tranquillement le sens caché d’un texte illisible du point de vie de son extériorité. Je parle de la Torah.
Chaque semaine nous lisons une section de la Torah que l’on nomme « paracha ».
A peine deux semaine pour arriver à cette 3em section de la semaine nommé « Leh Léha » (Va pour toi). Chaque semaine se décline une identité humaine et sa relation avec ce qui est traduit par le terme « D.ieu ».
Lire la suite

Publicités

Israël Projet d’Humanité 4

Je suis à écrire un nouveau texte  » Aujourd’hui en lisant le Zohar, j’ai pleuré » ! En ouvrant mon blog je découvre ce texte qui est resté en brouillon et oublié d’être publié.
Je ne sais pas s’il a un rapport avec ce que j’ai découvert aujourd’hui 28 octobre 2017.
Nous verrons…
Il me reste à écrire ce pourquoi j’ai pu lâcher prise devant un texte du Zohar et en quoi la question du sens des texte sacré a pris une dimension inattendu. 

La sortie du Gan EDEN : Voir les vidéo 6 7 et 8 

Lire la suite

J’ai mangé une pomme au cœur de la matrice du monde

Pour suivre cet article, ça commence par celui qui concerne la juste mesure des formations que je donne.  Des tarifs dans tous leurs états :  Le commentaire de Brigitte et ma réponse du 20 octobre.
Cet article me ramène à celui-ci écrit en 2015.

J’ai mangé une pomme au cœur de la matrice du monde et j’ai rêvé de sa renaissance.

Pour ceux qui ont voyagé avec moi, je suis repassé par Mitspé Ramon au désert du Néguev pour préparer un nouveau voyage.

J’ai traversé le cratère en voiture, ébloui par la beauté et les couleurs vives du paysage, je me suis arrêté pour nourrir mon âme  assoiffé de renouveau. J’ai eu envie de quitter la route et de marcher un peu.
Pas besoin de marcher des heures, 10mn de marche  et me voilà seul face au monde des infinies.
Seul, je ne pouvais pas dire à un compagnon de voyage « whaou ! Comme c’est beau » Tu as vu ces couleurs ? Partage sympathique certes, mais  qui nous fait sortir de l’instant présent.

Alors, sans dire whaou ! Il restait juste un souffle à partager avec le murmure de vent, pour m’entendre dire ce que l’instant présent avait à dire autrement que par des mots.
(En hébreu le désert Midbar, vient du verbe lédaber, parler).

C’est fou, je ne sais pas ce qu’il y a dans cette endroit magique.
Et cela à chaque voyage, toutes les personnes que j’ai accompagnées ici, chacun à son niveau a entendu ce que le désert avait à lui dire.  Voir la vidéo de la page http://bnei-noah.blogspot.fr/p/voyage-juillet-2012.html

Je nommais cet endroit le nombril du monde. Aujourd’hui je le nommerai la matrice du monde, là où le monde serait né.

Je comprends maintenant pourquoi  Saint Exupéry  a du inventer l’histoire du petit prince pour raconter son expérience. Alors je vous raconte mon histoire, celle d’un homme en quête du sens assis sur un rocher face à la matrice du monde croquant une pomme.

J’ai alors rêvé de la naissance prématurée du monde, l’œuvre que D.ieu  nous a laissé à terminer.
Mais nous n’avions pas connaissance du projet ni du sens…  Ni du pourquoi, ni du comment…

Et, vous savez, malheureusement, ce que nous en avons fait de ce monde.

J’ai croqué la pomme de la connaissance (En hébreu TapouaH de la racine du verbe Patouah, ouvrir) en écoutant la voix du silence, qui disait tais-toi et je t’Alépherai.  (Lu dans job).
(Voir le sens de la lettre Aleph)

Aleph première lettre de l’Alphabet hébraïque, lettre divine innommable, silencieuse à mille signifiants dont « enseignement ».  https://youtu.be/Cb90N5IgCGA

C’est alors que j’ai revu les dix portes du projet-sens, chacune portant le nom d’une des 10 premières lettres de l’alphabet hébraïque. Un nouveau sens s’ouvrait…  

J’ai repris mon cahier d’écriture…  Et j’ai commencé à élaborer le programme du compagnonnage de soi, à la recherche de son projet sens via la symbolique des lettres hébraïques en chapitre.

Oui, c’est un peu prématuré, pour ceux qui viennent juste d’arriver.
Mais laissez-vous aller, vous aussi à écrire vos instants d’éveille, ce sont ces instants où des perles de sens se présentent à vous pour vous dire « dessine-moi un collier ».

Vous comprenez pourquoi j’ai décidé de ne pas faire corriger certains écrits,  laissant la parole se dire sans l’interrompre. Vous comprenez que le risque d’une reformulation serait que cela devienne trop clair.

Je reprends la voiture et je ne peux qu’être reconnaissant à ces usines à voiture qui ‘m’ont permis de traverser ce désert en 2015.  (Comme dit la sagesse des anciens, Gam Zou lé tova… Cela aussi est pour le bien)
Je ne peux qu’être reconnaissance à ces industries constructeurs d’avions qui me permet de vous proposer à vous aussi de faire l’expérience de l’instant Zéro du « Béréchit » du monde.

Vous voyez où je veux en venir ? Non ? Le prochain voyage ?
http://bnei-noah.blogspot.fr/

Qui sait ? Questionnez- moi : Et je vous dirais… Quoi… Comment… Quand le prochain voyage ….
Voilà c’est comme ça que ça marche quand on marche sur le chemin en cheminant. 

Vous n’avez pas tout compris, normal.
Mais moi j’ai compris, que j’avais encore à donner, plus encore que ce que je donne déjà.
A moins que la parole ne sorte pas et que la pomme reste sur la gorge en « pomme d’Adam »
Vous rappelez-vous de la première question biblique posée à l’homme ?
Ayéka ? Non pas où es-tu comme cela est traduit mais : « Où en es-tu ? »

A ce sujet, j’ai envie de vous raconter une histoire. Mais plus tard…

Elie