Tu peux pas faire plus simple ?

A la lecture des 2 derniers articles sur l’ESSENCE DU ZOHAR »….   Mon ami me dit c’est un peu compliqué tout ça ! Tu ne peux dire cela plus simplement ? Ton enseignement peut aussi intéresser le peuple, non ?

– En effet c’est vrai, cela n’est pas évident pour le commun des mortels, s’il n’a jamais entendu parler de certaines notions.
Nous pourrions évidement faire plus simple pour les « passants », mais faut-il pour autant faire l’économie du langage qui porte l’enseignement, nécessaire à ceux qui veulent aller plus loin ?

Pour exemple nous avons des conseils pour être en bonne santé ; Bien manger, bien bouger, bien dormir, bien pensée, bien rire etc… Ceci étant il faut aussi expliquer ce qu’est bien manger, bien bouger etc… Et ceux qui savent expliquer, ont dû étudier dans des universités.
Mais si malgré ces bons conseils on tombe malade, il faut aller voir d’autres spécialistes pour retrouver la santé.  Et ces spécialistes ont dû étudier des enseignements supérieurs.
N’est-ce pas la même chose pour toutes les sciences, jusqu’à la plomberie de mon appartement.
Je sais qu’il y a une centrale qui donne de l’eau à tout un réseau de canaux jusque à mon robinet. Mais s’il y a une panne dans le réseau il faut que je m’adresse à un plombier pour découvrir le canal endommager et le réparer.

La science de l’âme serait-elle plus simple que celle du corps, ou de notre monde ?
Comme pour les canalisations d’eau, il y a une central d’énergie (Ein Sof) qui me traverse à travers différent canaux. Et quand il y a crise existentielle, il y a manque du flux, et seul un spécialiste peut connaître le canal qui est défaillant.

Mais pour répondre à mon ami, pendant que je suis en révision de mes premières leçons de sagesse, j’ai été revoir ce qu’il en était dans les sagesses du monde. Je ne vais pas ici faire le tour des différences sagesses du monde, juste pour exemple je citerai celle de Shrî Aurobindo qui fût un de mes premiers guide spirituel.
Je lis dans « Métaphysique et psychologie »

« La métaphysique de Shrî Aurobindo se propose de nous expliquer à la fois le monde tel qui nous a parlé et la réalité plus profonde que nous cache sous les apparences. De même sa psychologie traite à la fois de l’être que nous avons conscience d’être et de ceux beaucoup plus que nous sommes secrètement…/…
Dans son œuvre il a naturellement été obligé d’utiliser un certain nombre de termes sanskrits pour désigner des concepts que ne connaissent pas les diverses branches de la philosophie occidentale…/la difficulté est encore accrue du fait que chacun des termes à toute une gamme de significations qui tout en étant parfaitement cohérentes varient selon les contextes et que chaque sens utilisait au titre principal évoque pourrait-on dire, en harmoniques, tous les autres sens possibles. Par exemple l’utilisation que fait Shrî Aurobindo de certains termes de base comme, Brahmane, Ishvara, Purusha, Prakriti, Mâyâ, Âtman, Jîva, est à la fois souple et différenciée ».
Préface de Jean Herbert.

« Au-dessus de la buddhi, qui est la plus haute fonction du mental se trouve la buddhi supérieur, ouvijnâna, qui est le siège de satya-dharma, vérité de connaissance, vérité de brâva, vérité d’action, et au-dessus se trouve l’ânanda ou félicité cosmique… » Aphorismes 669 que j’ai pris au hasard, qui n’est pas un hasard puisqu’on peut retrouver pour ceux qui connaissent les 2 sciences quelques similitudes avec l’enseignement de la kabbale.

Aphorismes 286 : « Le kshara Purusha et le Soi reflétant les changements…/… L’akshara Purusha est le Soi hors des mouvements et changements…/… le Para Purusha est le Soi qui goûte et l’immobilité et le mouvement sans être conditionné, ni liée par l’un par l’autre. C’est le seigneur brahmane, l’indéfinissable, l’inconnaissable …/… » Vous retrouvez des similitudes ?

Mais pourquoi tant d’expression pourrait dire mon ami, ne pouvons-nous pas faire plus simple ?  Ne suffit-il pas de méditer ou de faire un mantra pour atteindre la béatitude ?

Comment comprendre la complexité du « Un » qui englobe le « Tout » de l’infiniment petit à l’infiniment grand qui de plus est, transcende le Tout… transcende toutes les sciences humaines, et métaphysique…

Est-ce alors que ces enseignements ésotériques ne sont réservés qu’à une élite de connaissant ?

Je dirais d’un côté, oui ! Oui il y a des cercles d’études spécifiques à certaines sciences qui demandent de nombreux prérequis. Vous ne pouvez pas partager certains enseignements de la mécanique quantique ou de l’astronomie, de la médecine ou de la psychologie, jusqu’eux-mêmes aux enseignements du talmud, si vous n’avez pas usé vos pantalons sur les bancs des écoles. Pourquoi en serait utile autrement pour les sciences métaphysiques.

Je dirais d’un autre côté, non ! Nous avons bien heureusement des savants qui savent adapter le discours scientifique, sans pour autant passer par une vulgarisation des plus simples, au risque d’en perdre le véritable sens.

J’en profite pour répondre à Er..k , une des passantes qui s’est inscrite dans nos modules, « invitation », pour en savoir un peu.

« Je n’ai pas répondu aux différents mails que vous m’avez adressé et je m’en excuse. J’ai réfléchi et pris mon temps avant de sentir ce qui était le plus adapté pour moi aujourd’hui.
Derrière notre premier échange je suis allée sur le site Kabbale Existentiel j’ai ouvert le module 1, tout est très intéressant et lumineux, il y a tellement de conscience dans votre réflexion, ça donne le vertige toute cette connaissance, bref !

J’ai regardé également le programme d’une année passée, la structure de votre enseignement s’applique à mettre tout en œuvre pour soutenir les personnes qui viennent vers vous à réussir leur projet autant que nourrir et enrichir leur réflexion. L’aventure que vous proposez est magnifique à vivre… » Jusque-là tout va bien.

« Après ce tourbillon, je me suis recentrée sur ma démarche, mon objectif, pourquoi apprendre la Kabbale ? Ma démarche est d’entrer dans la connaissance de l’Arbre Séfirotique, des Lettres Hébraïques et d’aborder les notions qui permettent d’accéder à cette philosophie de la vie, modestement, car lorsque je vous écoute j’ai le sentiment que la tache aussi sublime et pénétrante soit-elle demande de s’y appliquer totalement et qu’une vie n’y suffit pas…/ … Entrer dans la formation que vous proposez demande un investissement très important qui pose la question du temps dont je ne dispose pas autant qu’il le faudrait pour être tout à fait sincère.…/… Belles continuations… Er..k
Et c’est ainsi qu’à trop vouloir donner sans préparatif nous perdons le candidat.

Et pourtant tout l’enseignement que nous partageons est dilué au mieux pour que chaque étudiant puisse en retirer l’essentiel qui le concerne directement.
En ai-je trop donné en amont ou pas assez ?
Tel est la question de mon ami. Comment transmettre le sens et la profondeur de ces enseignements sans faire l’économie du langage spécifique à cette science ?
J’ai tout poster dans le site « kabbale existentielle », toutes les vidéos d’explication sont sur une chaine You-Tube. Je ne peux que vous inviter à vous abonner dans la new de kabbale existentielle, et dans la chaîne YouTube.

Mais quand est-il de la formation en coaching existentiel et en logothérapie ? depuis un certain temps nous vaguons de séphiroth en séphiroth en kabbale existentiel.
Mon prochain article traitera de ce sujet dans le site « coaching existentiel », mais en attendant puisque nous sommes sur le sujet de la kabbale je vous propose d’écouter à nouveau une des vidéos qui justement allie kabbale et sciences humaines.  C’est ICI

Publicités

La voix sans le son, reste l’écrit

Suite au bug de la première vidéo conférence, une petite leçon de coaching existentiel.

Je parlais de la relation verticale avec l’influe divin. Mais nous savons tous que cette relation dépend aussi de notre relation horizontale avec le monde comme avec son prochain.

« Si la ligne horizontal est courbe alors la vertical est oblique« . C’est tout frais ça vient de sortir 😉 A Méditer…

Nous avons médité sur notre adresse dans l’univers et sur l’immensité de la création. Nous avons partagé les dernières découvertes du grand attracteur cosmique, Decouverte du super continent galactique LANIAKEA  , là où les milliards de milliard de galaxies ne sont que des poussières attirées par le point cosmique de la Laniaka ! Perdu face à cette immensité la question de D.ieu s’est posé à nous autrement que les leçons de catéchismes.
A la question qui se pose naturellement, qui a pu créer cela, les frères Boddanov y voient la main de D.ieu Frères Bogdanov, Preuve de l’existence de Dieu. , le zohar en posant la question qui a créé cela Mi Eleh découvre l’anagramme du nom Elokim, le nom du principe créateur de la bible. « Béréchith Bara Elokim … » traduit par « au commencement D.ieu Elokim créa … »
Sur une question de comment savoir, comment accéder à ce que nous nommons D.ieu sans savoir ce qu’est D.ieu, la réponse qui fut donnée est la prise de conscience de notre petitesse face à l’immensité de la création, savoir que je ne sais pas. C’est-à-dire l’humilité
Le roi David lui-même demandait « montre-moi le chemin qui me mène vers Toi ».

Mais voilà que la science nous apprend que le scarabée, trouve sa direction en se connectant à la voie lactée !!! Ce qui nous ouvre l’espoir de nous aussi de pouvoir nous connecter.
Nous avons appris par la science des fractal et par la mécanique quantique que l’infiniment petit est à l’image de l’infiniment grand et que l’homme en plus d’être lui-même le but de cette extraordinaire horloge cosmique pense, parle choisie … tout en pouvant être lui-même choisie nous dira la Torah.
Nous avons appris que ce qui ne peut être pensé du fait de son infinitude, se manifeste, se révèle dans le monde par une parole, une parole, logos qui nous délivre « Je Suis celui qui vous ait sortit de la maison d’esclavage » .. Et là tel le scarabée qui cherche sa direction, le sens de la quête devient liberté… montre-moi ta voie devient : fait moi entendre ta voix qui indique la voie…

A la question comment savoir ce qui est vrai, ma réponse fut « je ne sais pas ! Ce que je sais de ce qui nous reste d’authentique, c’est d’être vrai avec soi-même. Même si je me trompe l’essentiel est que je sois authentique, et c’est là que la prière, la méditation, hitbodédoute (parler avec D.ieu), peut avoir sens. Voilà pour résumé ce que je peux retransmettre de cette fabuleuse vidéo-conférence où le son était coupé.
Vous savez que nous entrons dans la nouvelle année dite année juive (Roch Hachana 5777). Pourquoi « dites année juive ? Parce qu’en fait, il s’agit du temps de commémoration de la création de l’homme en tant qu’homme ( Pas de l’homme de Cro-Magnon, ni du monde)  et ce début d’année concerne donc l’humanité. Tout ceci a largement été expliqué dans nos leçons de Torah à l’échelle universelle.
Donc si vous n’êtes pas juive ou juif, pas d’inquiétude à vous de décliner la leçon vers l’axe qui vous concerne plus particulièrement.

Commençons pour nous souhaiter une année de paix, de réalisation, de prospérité. 5777 ! Pour ceux qui savent jouer des chiffres et des lettres, attendons-nous à vivre cette année de nouvelles révélations plus fortes encore que celle de l’année 5776. 

Petite leçon de coaching existentiel en cadeau.
Pour certain le « bon mazal » (pour ne pas dire la chance), arrive en son temps,  pour d’autre cela demande une préparation à commencer par une épuration et un alignement avec la Beraha. (Bénédiction)
Ce sera la prochaine leçon du RAMHAL pour ceux qui le suivent… « Être en phase avec le Bon Mazal dans une année qui ouvre les portes de la douceur (symbole de la pomme au miel) »
Tout nouveau projet commence par faire un état des lieux de là où j’en suis pour savoir là où je veux aller.
En plus du bilan, le début tout projet commence par poser une intention.
A la différence d’un vœu, poser une intention, entraîne un engagement et des actions.
Poser l’intention, le but : Pour que ma vie soit meilleur ou pour aider mon prochain à avoir une vie meilleure : Qu’est-ce que je veux ?
Ensuite qu’est-ce que je dois faire, (Objectifs, plan d’action) pour réaliser ce but.
Si la réalisation du but n’est pas complètement dans notre zone de contrôle, les objectifs en plus d’être précis (où, quand, comment, combien…) doivent être eux totalement sous notre contrôle.
Ensuite vous pouvez prier, méditer, faire hitbodédouth, pour une aide venant du ciel.
Ex vous voulez arrêter de fumer… (Ce qui est une très bonne chose pour ceux qui aime la vie, mais ce n’est pas complètement sous votre zone de contrôle à cause de l’addiction) Poser l’intention en termes de volonté et de responsabilité, poser les actions que vous prenez en charge pour réaliser ce but. Puis priez pour être aidé par « celui qui nos sort de l’esclavage ».
Idem si vous voulez maigrir, trouver un travail, vous soigner, avoir un but dans votre vie, réussir dans vos affaires, faire Téchouvah trouver la voie …
Si vous poser clairement votre but, ainsi que votre plan d’action, votre prière prend tout son sens.

 

Barouh Dayan Ha Emeth

Le Grand rabbin Yosseph Haïm Sitruk, un grand maître nous a quitté pour rejoindre le monde des vivants.
Il est de coutume de dire Barouh Dayan Ha Emeth. Béni soit le juge de Vérité.

Puis-je oser dire, puisque le Juge de Vérité en a décidé ainsi que je suis content pour lui?
J’ai toujours pensé que la mort n’était pas un problème pour ceux qui partent. Moins encore pour ceux qui ont vécu une grande vie et font partie des « vivant » même après leur départ.  Je vous renvois aux différents articles que j’ai écrit là-dessus.
Le problème est plutôt pour ceux qui restent, et doivent vivre l’absence de la présence.
Il va manquer à ses proches, à ses élèves, à sa communauté, à la France, au monde.
Quant à nous, il nous reste à reprendre son enseignement, accompagné de sa joie de vivre et de son humour. Apprendre ses leçons de vie et rire de ses blagues.  C’est la meilleure façon que nous avons pour participer à l’élévation de son âme. Voilà ce que j’aimerai oser dire.
Et si je peux oser plus encore, mon cher maître, pour les amoureux du foot, n’oublie pas de leur faire signe, en ce qui concerne le foot là haut, que ce n’était qu’une blague.

Elie Guez.

 

La catastrophe!

Vous pleurez vraiment pour la destruction du temple ?

En ce jour du 9 av selon le calendrier hébraïque, date de la destruction du temple, nous jeûnons, nous prions, nous nous lamentons et récitons les lamentations … ça c’est le rite. Le respect de la loi, mais dans nos cœurs qu’est-ce qu’il se passe ?

Avons-nous la prétention de comprendre le désastre ?

Moi non ? Désolé. Le désastre de la Shoa, je comprends, celui de parents qui viennent de perdre un enfant dans l’horreur, je comprends, celui qui se retrouve démuni à cause d’une grande maladie, je comprends, celui dans lequel nous nous trouvons avec ce nouveau terrorisme, je comprends, mais celui de la destruction du temple, face à tant de désastres, j’ose dire je ne comprends pas.

Oui ! je connais les textes, et l’importance que représente le temple pour le peuple d’Israël et pour toute l’humanité. Je sais, mais est-ce pour autant que je le vis dans ma chair ?

Alors ?

Permettez-moi de nous aider à vivre un minimum de sentiment en ce jour du 9 Av.

Lire la suite

Suite les voies de la direction divine

J’ai le plaisir de vous informer que deux nouvelles vidéos ont été postées sur le site dans le cadre des cours de l’enseignement sur les voies de la direction divine selon le RAMHAL.
Attention ces deux vidéos sont plutôt ésotériques et demande quelques pré-requis, notamment d’avoir suivi le cours sur l’arbre de vie encore en libre accès sur ce site.

Les vidéos 10 et 11 sont à la page https://kabbale26.wordpress.com/suite/

Les prochaines vidéos porteront sur l’aspect du « Tikoun » … (Réparation du monde) tout à fait d’actualité tant pour le monde que pour soi.

Lire la suite

C’est dur la fin de vie, me dit-il.

  • « C’est dur la fin de vie» me dit l’inconnu, que lui répondre ?

Je suis à l’hôpital entre deux étages. Je marche comme un homme pressé d’accomplir une mission, j’attends l’ascenseur, un inconnu m’interpelle, « c’est dur la fin de vie » me dit-il ! Que lui répondre en quelques minutes ?

Au premier étage mon fils doit subir une opération des reins, j’étais passé le voir, il est à jeun et attend l’heure de son passage en salle d’opération.
Comment ça va fils ? ça va, j’ai faim ! Mon épouse, ou plutôt, la Mama du fiston, m’a délégué la mission du repas du fils ! J’assume !
« t’inquiète fils, je reviens après l’opération avec les provisions.»
Au 3eme, ma mère 94 ans souffre d’une maladie incurable qui s’appelle la vieillesse.
A midi je l’accompagne à la cuillère pour lui donner à manger. Drôle ce changement de rôle ! Lire la suite

Cries d’horreur cries d’amour

Ce site a pour vocation de répondre aux questions existentielles sur le sens de l’existence, la bien le mal, la souffrance, le projet du monde, du point de vue de la tradition hébraïque dans sa dimension universelle.
Nous avons partagé plusieurs articles dans notre site
http://coachingexistentiel.com/articles

La question reste toujours égale à elle-même Et D.ieu dans tout ça? 

La réponse vous pouvez l’entendre dans ce crie de cœur, chez cette homme qui vient de perdre sa femme sauvagement assassinée devants ses enfants, et dans ce crie d’Amour de cette enfant qui chante la gloire du D.ieu. Un  A écouter jusqu’au bout, c’est bon pour l’âme.
Lire la suite

LES NIVEAUX DE LECTURE DE LA KABBALE

Pour allez plus loin inscrivez-vous à notre formation de kabbale existentielle en vous inscrivant au site de  coaching existentiel/

Quelles sont les 4 niveaux d’interprétation d’un texte dans la Torah? 
Le Talmud nous rappelle que 4 sages nous sont entrés dans les secrets de la Kabbale. Un est devenu fou, un autre en est mort, le troisième est devenu hérétique, seul Rabbi Akiba en est sortie dans la paix… Pourquoi Rabbi Akiba, parce qu’il est entré en paix, alors il a pu sortir en paix, nous dit le texte. Mais qu’est-ce qu’entrer en paix ? C’est tout simplement d’avoir était préparer par un maître. Ceci pour dire que pour entrer dans certains mystères il est préférable de suivre les règles d’exigence initiatique et d’être accompagné par des maîtres authentiques. Nous laisserons donc les mystères aux mystères et nous éviterons de faire œuvre de charlatan en vous promettant de merveilleux mensonges.  Nous ne donnerons donc que les têtes de chapitres de certains enseignements, dans un parcours qui se veut simple sans faire l’économie de la profondeur.

Ne pensez pas que la Torah est un simple livre d’histoire de l’itinéraire d’un peuple à la recherche de sa terre…
Lire la suite

KABBALE AU QUOTIDIEN

Qu’est-ce que la kabbale?

La kabbale c’est avant tout un ensemble d’enseignements des principes de l’ordre du monde, sa création, sa finalité, son créateur, sont agir dans le monde, les êtres créés, leur rôle…
Pour moi cette enseignement bien que singulier et réservé à une élite de sage, a une dimension universelle ouverte aux simples chercheurs de vérité.

Commençons par définir le mot lui-même pour de poser le cadre de notre travail. Le mot Kabbale s’écrit en Français de plusieurs façons, tout comme il a plusieurs significations, alors qu’en Hébreu son écriture est unique de la racine KBL dont la signification première est donnée par sa racine KBL du verbe recevoir.

La tradition mystique du Judaïsme est appelée Kabbale (c’est-à-dire « reçu ») afin de souligner que le niveau de compréhension mystique de la Torah doit être reçue. Ce qui nécessite toute une préparation de celui qui reçoit. Les éléments de la Kabbale furent révélés par D.ieu en même temps que le reste de la Torah et puis transmis d’initié a initié, à l’encontre des autres aspects de la Tradition Orale qui nécessite une interprétation.
Pour les initiés c’est la capacité à être reçu dans un cercle d’étude.
Pour les non-initiés, c’est la capacité d’ouverture à de nouveaux paradigmes spirituels. Ouverture à l’enseignement ésotérique de la Torah. Respect de la chaîne (Chalchéléte) traditionnelle hébraïque et de ses sages (Masora). Eviter le mélange de genre et syncrétisme du New-âge. Désapprendre parfois pour réapprendre.
Lire la suite